" Voyager Léger "

« Lauréate du concours #tonlloyd, édition 2021, la compagnie est heureuse de replonger dans le travail collectif et joyeux, avec la pièce de Lilian, qui est une belle promesse théâtrale. »

LJS_ACTU_001.jpg

La troupe aujourd'hui, de gauche à droite : Ariane Chouzenoux, Camille Doudard, Sophie Proisy, Delphine Ollivier et Isabelle Collet.

#Ton Lloyd

Pour la petite histoire...

Le concours #tonlloyd est lancé pour la 2ème année consécutive, par l'auteur dramatique Lilian Lloyd et son acolyte Natacha Astuto.

La récompense ? l'écriture d'une pièce pour l'équipe lauréate, et son exclusivité pendant un an !

Il s'agissait d'écrire une « bafouille » pour présenter la troupe, notre façon de travailler, nos envies de pièces et nos rêves de scènes... Un soir de mars 2021, la bafouille est sortie. Surtout pour parler des filles, et d'une envie collective de se retrouver autour d'un projet stimulant, un objectif de scène qui devenait vital après une année compliquée. Le 11 avril 2021, Lilian Lloyd nous fait le cadeau de choisir la compagnie, et donc, de nous écrire une pièce sur mesure.

Et puis nous, un auteur pas encore mort, on aimait bien l'idée !

C'était le début d'une nouvelle aventure...

Le lien vers le concours, c'est en cliquant ici !

Lilian_portrait.png

« Voyager léger » est une pièce que j’ai eue envie d’écrire pour « La Jeune Scène ».

J’ai tout de suite été séduit par la démarche de cette compagnie, dirigée par Isabelle Collet, dont les choix artistiques et l’exigence correspondent parfaitement à mes attentes.

Pour le choix du sujet, il m’a semblé évident que l’un des thèmes très en vue en ce moment est le droit de pouvoir mourir dignement. Une part importante de mon œuvre traite du deuil et il était tout à fait naturel que je me saisisse aussi de cette question.

Pour ce faire (et pour correspondre à une distribution entièrement féminine), j’ai décidé d’ancrer mon histoire de nos jours où une jeune femme, Colette, va annoncer à ses amies et sa famille qu’elle est atteinte d’une maladie incurable ; et qu’avant d’être impotente, elle partira en Belgique pour un suicide assisté.

Le ton de la pièce, sur un sujet aussi important et sombre, est pour autant celui d’une comédie. On est évidemment assez proche d’un univers comme celui de « Bacri Jaoui » ou des comédies anglaises, comme « Peter’s friend » qui est une des inspirations directes de cette pièce. J’évite ainsi toute notion de pathos ou de malaise.

« Voyager léger » ne donne aucune leçon de morale. Il s’agit d’un texte qui offre un miroir tendu au public : « et vous, que feriez-vous ? ». Et malgré le spectre de la mort qui rode, la pièce reste lumineuse et drôle, finalement pleine d’espoir et de bienveillance avec ses femmes qui se révèlent et finissent par s’unir autour de l’une d’elles.

Lilian Lloyd

Pour découvrir Lilian Lloyd, son travail, ses pièces, ses podcasts, c'est par ici !

Claire
isabellePhrase8 copie
arianePhrase2
camillePhrase3
delphinePhrase4
LucPhrase1